Papier peint exotique pour décor de charme


2 mars 2014

Manufacture Hartmann Risler et Cie - Joseph Laurent Malaine

J’ai toujours été fascinée par la finesse et l’élégance de ces merveilleux papiers peints XVIIIème.

Dans un premier temps utilisés pour garnir l’intérieur des coffres, ils furent rapidement adoptés pour habiller les pièces secondaires (garde-robe, salle de bain, couloir). Puis ils prirent place dans les pièces d’apparat et se transmirent de génération en génération.

En 1688, Jean Papillon ouvre la première manufacture de papier-peint. Différentes techniques accompagneront l’évolution du papier-peint : la taille douce, les planches de bois,  les cylindres, les cadres,  les pochoirs puis enfin l’impression en détrempe (technique héritée des Anglais). Jusqu’à la fin du XIXème siècle, la France est l’un des plus grands producteur de papier-peint, notamment grâce à sa prestigieuse Manufacture de Rixheim.

Le répertoire des motifs a beaucoup évolué : trompe l’œil de stucs, scènes rupestres, arabesques, ornements végétaux…

On s’enthousiasme pour des tonalités exotiques, les dessinateurs s’inspirent de Jean-Baptiste Pillement (peintre de la reine Marie-Antoinette) et s’emparent du style rococo en mêlant oiseaux, fleurs, magots et pagodes de fantaisie. 

Au XIXème siècle, l’essor de l’horticulture influence le papier peint. Les dessinateurs stylisent les fleurs : treillage, guirlande, bouquet… Malaine « peintre en fleur » au service du roi, réalise des décors d’un extrême raffinement.

Ces papiers-peint d’époque représentent pour moi la quintessence du charme. Une planche ancienne avec des motifs d’oiseaux et de fleurs embellirait le décor de votre mariage.

Posté par thomas